•  

     

     

    Sens

     

    les Castors autoconstructeurs

     

    voir ou revoir

    http://leblogdepaulo.eklablog.com/les-castors-autoconstructeurs-a103532201

     

     

    Les Castors autoconstructeurs, c’est un mouvement coopératif apparu en France au siècle dernier.

    A l’issue de la Seconde Guerre mondiale, une partie de la France est en ruine. Il manque cinq millions de logements. Comme l’État tarde à passer à l’action, des groupes de personnes en difficulté décident de s’organiser pour construire eux-mêmes leur logement.

     

    Les ouvriers ont recours à une notion créée en 1921 par le Français Gëorgia Knap, un biologiste et inventeur de génie : la notion d’apport-travail. C’est la quantité de travail qu’un ouvrier s’engage à investir sur le chantier de sa maison qui remplace le capital nécessaire à cautionner un emprunt.

    Ainsi, l’apport-travail, autrement dit, le temps de présence sur le chantier exigé pour chaque Castor, sera estimé à 650 heures, prises sur les temps libres. Il faudra en moyenne de deux à cinq ans à un ouvrier pour s’en acquitter. Rappelons qu’à l’époque, la classe ouvrière travaillait cinquante heures par semaine et n’avait que quinze jours de congés par an.

     

    (source Arte)

     

    http://www.arte.tv/fr/l-association-les-castors-autoconstructeurs/7326342,CmC=7326400.html

     

    Voici les photos du début de la construction  du lotissement des castors de Sens.

    Je remercie Josette de m' avoir fourni ces clichés

     

     

    JUIN 1952

     

     

    Les castors 1952

    (14 juin)  les premiers coup de pelleteuse.

     

     

     

    Les castors 1952

     

    Au fond les moulins Dumée et le clocher

    du vieux Saint-Savinien.

     

     

    Les castors 1952

     

    16 Juin 52

     

    Les castors 1952

    Le camion Citroën que mon père conduisait sur le chantier des castors, chauffeur de métier, il était devenu Gardien de la paix.

     

    Les castors 1952

     

    Les castors 1952

     

    22 juin 52

    Les castors 1952

     La pause

     

    Les castors 1952

     

    Les castors 1952

    Les fondations du numéro 2 un pavillon jumelé.

     

     

     

    Les castors 1952

    La pose de la charpente

     

     

    Les castors 1952

    Le lotissement prend forme, mais la maison familiale au numéro 1 

    n' est pas encore sortie de terre.

     

    Les castors 1952

     

    Au total 31 pavillons seront construits.

     

     

    Extraits d' un article de l' Yonne Républicaine

    du 30 juin 1993.

     

     

    Témoignage de mes parents

    les premiers habitants des castor

     

    Les Castors autoconstructeurs

     

    Aux dires de maman je suis le premier petit castor 

     

     

    "Castor plage"

     

    Les castors 1952

     Fanfan, Paulo et Josette.

     

    Les castors 1952

    Je pose devant la Traction de papa, avec Josette devant le 1 Bd des castors

     

     

    Sens " les castors " 1952

    Vue aérienne

    cliquez  2  fois sur la photo.

     

    Le 1 Boulevard des castors.

    Les Castors autoconstructeurs

     

    Le numéro 1 revendu, et rénové .

     

     

     

    Le dernier mot est pour Josette.

     

    " Les Castors, ce n'étaient pas seulement 31 constructeurs, ce furent 31 familles qui continuèrent à se serrer les coudes bien après cela. Ton père Pierre n'était pas le dernier à monter sur les toits des absents, après un fort coup de vent, pour replacer des tuiles, ou en mettre de nouvelles. Ils avaient leurs réserves. Et n'oubliaient pas leur statut de Castors. Ils ne sont plus que 3 à vivre aux Castors mêmes aujourd'hui, je crois, mais certains de leurs descendants y demeurent encore. Gilbert, Brigitte...Mes parents ont la chance d'être parmi les trois. Le seul couple d'origine, je crois. Et, ne t'en fais pas, vieux frère, tu restes le premier petit castor, puisque je suis une...castorette. Bisous de Jo"

     

     

    Les castors 1952


    1 commentaire
  •  

     Sens

     

      1959/1960

     

    Je vous livre ici, mes tout premiers souvenirs d' enfance ; la terrible séparation de la première rentrée des classes en maternelle.

     

    Ecole maternelle du cours Tarbé

     

    Ecole maternelle du cours Tarbé

     google

     

     

    Ecole maternelle du cours Tarbé

    google

     

     Apparemment l' école n' a pas trop changé, mis à part cette clôture nouvelle génération (bof !).

     C' est par cette entrée que Maman " m' abandonnait " ! 

    Ecole maternelle du cours Tarbé

     

     

    Voici la cour de récréation, avec son petit train en buses de béton peint, et le tilleul dont on récoltait les fleurs avec la maîtresse.

    Aujourd'hui, le petit train et le tilleul ont tous les deux disparu.

    Ecole maternelle du cours Tarbé

    Copains d' avant cliché de 1964

     

    Je me souviens très bien de cette comptine que l' on chantait tous en coeur, et d' un certain jour où, inconsolable, madame Brau

    ou Brot m' avait pris sur ses genoux, même qu' elle portait,

     

    Ecole maternelle du cours Tarbé

    un tablier bleu de jardinier !

     

     

    Pomme de reinette et pomme d'api

     

     

     Pomme de reinette et pomme d'api
    Tapis tapis rouge
    Pomme de reinette et pomme d'api
    Tapis tapis gris

    Pomme de reinette et pomme d'api
    Tapis tapis rouge
    Pomme de reinette et pomme d'api
    Tapis tapis gris

    Ecole maternelle du cours Tarbé

     

    Mes meilleurs souvenirs : les séances de projection

    de dessins animés.

     

    Les Trois petits Cochons 

     

    Walt Disney (1933)

     

     

     

    yes 

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique